Et tu trouveras le trésor qui dort en toi

Temps de lecture : 5 minutes

Ce roman, écrit par Laurent Gounelle, est un savant mélange de religions, de philosophies, de mythologies, de développement personnel, de sciences aussi… dans le but de délivrer un message spirituel millénaire, et plus que jamais d’actualité.

Jeune consultante en entreprise, Alice va se mettre en tête d’aider Jérémie, son ami d’enfance, à attirer plus de fidèles dans l’église dans laquelle il est prêtre. La mission d’Alice va la pousser à se plonger dans le Bible, tout en l’amenant naturellement à s’intéresser également aux sagesses orientales (bouddhisme, taoïsme, hindouisme), aux mythologies, etc.

En se plongeant dans ces textes fondamentaux, cette jeune athée et amatrice de développement personnelle va tenter de percer le message commun à toutes ces doctrines : le secret de l’éveil de l’homme, le trésor caché qui dort en nous et qu’ont révélés Jésus, Bouddha, Lao-Tseu (et tant d’autres !!!), la divinité endormie que l’on cherche en vain dans le ciel.

Ce roman de Laurent Gounelle est une petite pépite, tant par l’intrigue, prenante et riche en rebondissements, que par le niveau de connaissance et de sagesse qu’il délivre. Tout cela en 300 pages.

Parfois, la meilleure manière de convaincre quelqu’un de lire un roman, c’est de le laisser s’y plonger…

— L’autre jour, reprit Duvernet, à Mâcon, j’ai vu un type démarrer au feu avec sa BMW alors qu’un autre, venant de la droite, avait sans doute grillé le sien. Le choc a été doux, la BMW a juste eu son aile déformée. Ils se sont arrêtés, le type est sorti, la quarantaine, et quand il a vu sa BM enfoncée, ll s’est mis à pleurer. Pas de blessé, pas la moindre égratignure, juste un peu de tôle froissée, et le type se met à chialer comme un môme. Véridique. Je me suis approché, je lui ai dit:

— T’as mal quelque part ?

— Non.

— T’es pas assuré ?

— Si.

— Tu vas avoir un malus ?

— Non, ça va.

Il parlait avec le menton chevrotant.

Eh bien, en fait, c’est son ego qui chialait, parce que sa bagnole, c’était comme le prolongement de lui-même, elle contribuait à sa valeur personnelle, et il devait exister aussi à travers elle. Finalement, c’était un peu une partie de lui qui avait été défoncée et il pleurait.

(P. 173-174)

Cela peut sembler paradoxal, mais pour vous libérer de votre ego, il est conseillé de commencer par développer en vous l’ego, mais un ego sain. En effet, si votre ego est blessé, par exemple en raison d’une histoire personnelle ayant freiné le développement d’une bonne estime de soi, la souffrance qui en résulte va vous pousser inconsciemment à surcompenser cette blessure par des attitudes égotiques disproportionnées : votre ego va chercher à reprendre le dessus, à exister envers et contre tout, et il va se développer de manière déséquilibré. Vous risquez alors de vous perdre dans l’abîme des fausses identités auxquelles votre ego s’accrochera. […] Lutter contre votre ego n’est pas non plus une solution : cela aurait pour seul effet de le renforcer, tout en induisant en vous une culpabilité déstabilisante, un conflit interne. Jésus disait d’ailleurs: « Tout royaume divisé contre lui-même est dévasté ». […] C’est la raison pour laquelle nous avons, dans cette église, depuis quelques mois, appris à s’aimer. Une fois l’estime de soi trouvée, il est plus facile de se libérer de l’emprise de l’ego. Il s’agira alors de lâcher ses fausses identités, les rôles que l’on joue, de se réunifier avec soi-même puis de découvrir la valeur de son être indépendamment de ce que l’on fait ou de ce que l’on a, et puis, ensuite, apprendre non pas à s’ouvrir, mais à dépasser sa propre personne, et là, n’y cherchant pas de bénéfice personnel, vous découvrirez le pouvoir et la puissance que vos actes revêtent alors.

(P. 219-220)

 

— Ne serait-ce pas possible que ce soit… le hasard ? Il y a le big bang, ça explose et hop ! par le plus grand des hasards, l’univers qui apparaît adopte d’un seul coup toutes les propriétés nécessaires à la formation des étoiles, le bon taux de matière noire, le bon taux d’expansion, la bonne masse des protons et tout le reste. Non ?

— C’est une possibilité.

— Mais ? Je ne vous sens pas convaincu…

Il prit son inspiration.

— Il aurait suffi qu’un seule des éléments déterminant les propriétés de l’univers change d’un rien pour que les conditions de soient pas réunies, et que les étoiles et la vie n’apparaissent jamais. Il faut comprendre qu’il s’agit d’un réglage d’une précision extrême.

Alice acquiesça pensivement.

— Et quelle est la probabilité qu’un tel réglage se soit quand même fait par hasard ?

— De l’ordre de 10^-60 : vous changez un seul chiffre à la soixantième décimale, et c’est perdu : pas d’étoile, pas de vie. Le vide.

Alice se tut, songeuse.

Jacques Laborie reprit :

— Mon illustre collègue Trinh Xuan Thuan utilise une image pour illustrer cette probabilité de 10^-60 que la vie soit le fruit du hasard : c’est la probabilité pour un archer d’atteindre une cible d’un centimètre carré placé aux confins de l’univers, à 14 milliards d’années-lumière.

(P. 249)

— Quelqu’un m’a raconté une vieille légende hindoue, dit-elle [Alice]. Elle parle d’un temps où tous les hommes étaient des dieux. Mais les hommes abusèrent tellement de leur divinité que Brahmâ, le dieu créateur, décida de la leur retirer et de la cacher à un endroit où ils ne pourraient pas la retrouver. Les dieux secondaires suggérèrent de l’enterrer profondément mais Brahmâ répondit que les hommes creuseraient et la trouveraient. Au fonde de l’océan ? Non, ils finiraient par y plonger et la récupérer. Les dieux secondaires s’avouèrent à court d’idée : il n’existait pas d’endroit que l’être humain ne soit capable d’atteindre un jour. Brahmâ dit alors : « Nous cacherons la divinité de l’homme au plus profonde de lui-même, car c’est le seul endroit où il n’ira jamais la chercher. » La légende conclut alors que depuis ce jour, l’homme a exploré la terre entière et le fond des océans, à la recherche de quelque chose qui se trouve en lui.

(P. 261-262)

4 Tu as aimé cet article ? Clique ici !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *